Oui, j’ai été bluffé et mes zygomatiques ont travaillé dur.
Habituellement pas ravivé à l’idée de passer un moment dans l’univers cinématographique de Marvel, j’ai apprécié certaines de leurs réalisations, essentiellement pour l’humour qui y est déployé ou simplement pour le vide-cerveau qu’elles offrent. Cela dit, Deadpool m’a surpris par ses efforts de réalisation et par le jeu décalé et rafraîchissant de quelques acteurs.

C’est une comédie, un Marvel, et avec Ryan Reynolds à l’affiche, alors j’y suis peut-être allé avec des a priori qui ont permis à la surprise d’être encore plus délectable. Mais le détournement des codes classiques du cinéma et cela dès la scène d’introduction, permet de prendre une grande bouffée d’air frais dans le dédale de grandeur surréaliste et délurée présenté par Marvel dans l’ensemble de ses films. Nous avions déjà eu un bref aperçu de ce que peut enfanter leurs studios en termes de drôle et agréable avec Iron Man (je pense au 1er surtout), ou les Gardiens de la Galaxie. Mais rien de comparable avec ce dernier.

On y vient et point par point. Le dernier c’est que Ryan Reynolds est fait pour ce rôle ! Notre très cher Van Wilder, où comment faire un film plus ridicule qu’American Pie. Son jeu n’est pas ce qu’on pourrait qualifier de mauvais, mais ses mimiques et ses expressions sont hilarantes et peu crédules, nous poussant au bord des larmes de rires et nous donnant envie d’y croire et de s’attacher au personnage qu’il incarne. Même si généralement cela ne suffit pas à faire un film, ou simplement que cela ne relève pas de l’entièreté d’un acteur, ce sont des qualités essentielles pour jouer le rôle de Deadpool qui brise le 4e mur et ne prends rien au sérieux, pas même son propre univers. Il doit alors exagérer sa façon de parler et ses expressions afin de délimiter les différents interlocuteurs auxquels il s’adresse. Ce que réalise très bien le producteur/acteur.

Ah oui ! Pourquoi Deadpool est un bon Marvel ? L’une des raisons est qu’il n’est pas un Marvel ! En effet, il est distribué par la 20th Century Fox. Bon certes c’est facile de dire ça, cela dit, les chances de réussites sont généralement augmentées lorsque l’on fait appel à un distributeur chevronné, qui connait bien le métier et qui sait comment chapeauter un projet. De là, la partie la plus intéressante est de se rendre à l’évidence que ce projet a été en partie porté par la Lanterne Verte, qui a été producteur et s’est largement investi dans ce projet en réponse à ses fans, mêlés aux fans de Deadpool, appelant notre cher acteur sur le devant de la scène pour leur réaliser un film épique.

deadpool-DMC_2670_v068_matte.1045_rgb.0.0

Bonjour ! J’ai une peau de poisson et je me l’écaille !

Mais je m’emporte et je ne vous dévoile que trop les tenants du film et pas assez son contenu. En clair, Deadpool brise les codes classiques du cinéma, profitant pleinement du personnage, de sa conscience de sa réalité virtuelle, et donc d’un balancement du spectateur entre un univers secondaire, et le fait qu’il interagit avec sa réalité grâce au personnage principal. C’est là le plus agréable de ce film, on est sans cesse surpris par les auto-dérisions de l’acteur, de l’univers dans lequel il est, des rapports aux points sensibles du budget du film, et j’en passe. Cette succession de jeux de tout genres nous emporte pour un long moment de rire.

Enfin, on ressent un travail de créativité important et fait sans trop de prise au sérieux du projet, plus comme une partie de plaisir. Ça se sent et c’est doux comme un bonbon frais en bouche. Cependant si bon le sucre soit, rapide sont ses effets.

En bref un film rafraîchissant, humoristique, décalé, et assumé.

+1 pour le coup de gore propre aux comics Marvel